le show du Super Bowl fait exploser les streams de “2001”

Lorsque les premières note de “Still Dre” ont retentis au SoFi Stadium de Los Angeles, le public a compris que ce Halftime de 2022 serait culte. À domicile, Dr. Dre et Snoop Dogg ont mis à l’honneur leurs morceaux classiques, plus de 20 ans après leurs sorties. Ils ont prouvé une fois de plus que ces titres ont marqué le paysage rap mondial à tout jamais. Les effets de la prestation ne se sont pas fait attendre. L’album “2001” s’est rapidement hissé dans le top 10 du Billboard 200, le célèbre classement américain. Ses ventes ont grimpées de 185%, principalement boosté par les ventes digitales de Still Dre, plus de 30 000 copies en une semaine.

2001 : une mine à classiques

Mais l’album “2001” ne peux pas se résumer au cultissime “Still Dre”. Au long de ses 23 titres, le producteur et rappeur de Compton nous déversait une quantité de morceaux classiques, propulsant l’album dans le cercle très fermé des albums qui ont marqué leur époque. Composé presque exclusivement de featurings, Dr. Dre nous offrait ce que le rap américain faisait de mieux à l’époque. C’est l’occasion de se replonger dans cet album, pour découvrir ou redécouvrir des monuments du rap West Coast. Bien qu’il n’ait pas été joué lors du Halftime, on peut notamment parler du morceau “What’s the difference”, composé sur un sample de Charles Aznavour.

Curtain Call de Eminem redécolle également

La prestation d’Eminem n’est pas passée inaperçu non plus. En mettant genou à terre, le rappeur de Détroit a suscité une large reaction, notamment pour comprendre la portée de son geste. Hommage à Tupac Shakur ? Hommage au footballeur Colin Kaepernick, qui avait posé le genou à terre en 2016 pour protester contre les violences policières envers la communauté afro-américaine ? Le mystère reste pour l’instant entier. Mais une chose est sûre, sa performance a relancé les écoutes de “Curtain Call”, son best-of sorti en 2005. À vrai dire, l’album enregistrait déjà des résultats parmi les meilleurs du hip-hop dans le classement américain. Il n’a été dépassé que par “Good Kid MAAD City” de Kendrick Lamar. Mais cette nouvelle mise en lumière lui a égallement permis de vendre 30 000 copies digitales de son projet en une semaine. Mais grâce à la performance d’Eminem, l’album signe nouveau retour fulgurant dans le Top 10 des chars.

Leave a Reply

%d bloggers like this: